La piscine en mouvement

Le secteur de la piscine est en constante évolution. Et dans ce domaine, la « French Touch » se hisse en tête d’affiche, avec un parc qui a dépassé les 1,9 million de bassins, juste derrière les États-Unis. Innovations, préoccupations environnementales, économies d’énergie, équipements performants…

En 2017, la piscine sera connectée.

L’engouement pour les piscines familiales a favorisé l’élaboration des premières normes européennes concernant les structures, publiées en octobre 2015 et un second opus sur la circulation de l’eau, en avril 2016. Les acteurs de la filière ont démontré leur capacité à anticiper et à s’adapter à ses nouvelles prescriptions, qui confortent leur savoir-faire. Rassemblés en 2016 sur le Salon professionnel Global Piscine et prochainement sur l’événement Loisirs d’Eau, ils nous offrent une vision limpide d’un marché en plein essor.

La croissance de plus de 7,5 % des piscines privées vendues en 2015*, témoigne d’un marché au meilleur de sa forme. Pour qu’il soit à la hauteur de ses ambitions, les professionnels et les fabricants se concentrent plus que jamais sur une expertise du métier au service de réalisations et des équipements tournés vers les économies d’énergie, la performance et leur maîtrise. Pour Gilles Mouchiroud, président de la FPP (Fédération des Professionnels de la Piscine et du spa) : « de gros progrès ont été accomplis afin d’économiser l’eau et l’énergie utilisées en piscine. »

En ce sens, la FPP conforte la voie environnementale et qualitative que le secteur a su prendre ces dernières années. Elle a même créé une Commission dédiée, « chargée de mesurer la consommation d’eau et l’empreinte carbone des piscines et de trouver des pistes de travail visant à poursuivre leur diminution. »

Les bassins basse consommation sont donc devenus l’objectif prioritaire avec des solutions aussi bien innovantes qu’esthétiques et plus astucieuses que jamais. Tous ces éléments favorisent une nouvelle appréhension de l’univers de la piscine bien loin d’une vision ludique. Le confort d’utilisation et le bien-être ont pris le relais.

La piscine et le bon sens

Piscine de 5,04 x 2,93 mètres revêtue d'un liner gris ardoise. Elle s'équipe d'une terrasse mobile Rolling Deck, recouverte de lames en bois de sapin. Margelles en Ipé. Intégration de spot et nage à contre-courant. Récompensée par le prix d'argent des Trophées de la piscine et du spa dans la catégorie : « piscine particulièrement bien mise en valeur par des équipements de nuit » ©Piscinelle
Piscine de 5,04 x 2,93 mètres revêtue d’un liner gris ardoise. Elle s’équipe d’une terrasse mobile Rolling Deck, recouverte de lames en bois de sapin. Margelles en Ipé. Intégration de spot et nage à contre-courant. Récompensée par le prix d’argent des Trophées de la piscine et du spa dans la catégorie : « piscine particulièrement bien mise en valeur par des équipements de nuit » ©Piscinelle

Partie intégrante de l’habitat, la piscine se soucie également de l’environnement durable de demain. Tous les éléments qui la composent se préoccupent de cet enjeu, en prenant en compte aussi bien le facteur matériel qu’humain. Ainsi, le volume d’eau a été divisé par trois depuis 35 ans. Un facteur important qui s’inscrit dans des projets neufs mais également en rénovation. À savoir, en 1980 un bassin arborait une taille d’environ 12 x 6 mètres, pour 1,80 mètre de profondeur. À l’heure actuelle, il privilégie des dimensions moyennes de 8 x 4 mètres pour 1,40 mètre de profondeur. Cette mouvance suit notamment la réduction de la superficie des terrains citadins.

Dans cette veine environnementale, la maîtrise des consommations suit cette logique, tout en participant à la réduction des coûts de fonctionnement. Dès lors, la sensibilisation des utilisateurs est un critère fondamental. En effet, hier encore, le réflexe portait sur un renouvellement annuel de l’eau d’un tiers du bassin. Ce qui équivalait à environ 15 m3/an pour une piscine de 4 x 8 mètres. Aujourd’hui, pour pallier à ce gaspillage, les professionnels préconisent des solutions simples à l’instar d’un hivernage intelligent, sans abaisser la ligne d’eau estivale. Puis, les équipements et les accessoires prennent le train en marche.

Un regard durable

La sécurité des bassins est une priorité numéro un. Mais les couvertures, abris et systèmes amovibles ont aussi leur rôle à jouer dans la maîtrise de la consommation. Ils permettent de conserver les précieux degrés et de pair réduire l’utilisation d’une pompe à chaleur. Un cercle vertueux qui favorise un entretien plus simple, donc le recours à des traitements d’eau plus raisonnés et efficaces, contribuant à diminuer l’impact environnemental. Raison pour laquelle, ce marché a fortement augmenté en 2015. De nouveaux modes et produits de traitement sont également à l’honneur, comme l’oxygène actif, le magnésium, l’ozone ou encore les U.V. Le système à l’électrolyse se perfectionne, fort de pilotages automatiques à technologies évolutives.

Côté filtration, l’efficacité énergétique est au rendez-vous. Les capacités des équipements augmentent tout en réduisant leur appétit énergivore. Soit une consommation divisée par 4 depuis 1980. Les filtrations ont opté pour un temps de filtration plus long mais nécessitant moins de puissance, avec notamment des moteurs plus petits. Ils sont aidés par des réseaux hydrauliques qui avantagent la circulation de l’eau et limitent les pertes de charge. Le recours à l’automatisation octroie un contrôle toujours plus optimal, avec même des robots 100 % automatiques, qui se rangent dans la paroi de la piscine.

Dès lors, le digital prend la main. Les appareils centralisent la gestion des tâches et vous permettent de communiquer avec vos appareils. À distance, vous pouvez vous connecter pour surveiller et agir en conséquence sur l’eau, ou encore activer les luminaires, la pompe à chaleur… Pour le pisciniste c’est un outil précieux pour vous conseiller et juger de la pertinence de l’intervention.

Une piscine mobile

Couloir de nage de 9,70 x 2,10 mètres, en Gunite, avec une profondeur progressive de 1,20 à 1,70 mètres. Plage en carrelage et margelles en béton moulé plate grise. Le plus : la terrasse amovible, pour gagner en superficie. Récompensé par le prix d’Or, lors du 11ème Trophée de la Piscine et du Spa dans la catégorie « piscine citadine inférieure à 30 m2 de forme angulaire ». Réalisation CPBR. ©Diffazur
Couloir de nage de 9,70 x 2,10 mètres, en Gunite, avec une profondeur progressive de 1,20 à 1,70 mètres. Plage en carrelage et margelles en béton moulé plate grise. Le plus : la terrasse amovible, pour gagner en superficie. Récompensé par le prix d’Or, lors du 11ème Trophée de la Piscine et du Spa dans la catégorie « piscine citadine inférieure à 30 m2 de forme angulaire ». Réalisation CPBR. ©Diffazur

Toujours plus loin dans l’esthétisme et l’optimisation, les acteurs de la piscine ont développé des alternatives aux abris classiques. Le but : conserver l’horizon panoramique et démultiplier les surfaces utiles. Pour ce faire, deux systèmes s’expriment avec ingéniosité : le fond mobile et la terrasse mobile. Summum de la sécurité, ces innovations sont idéales pour optimiser les mètres carrés des jardins citadins.

En ce qui concerne la terrasse, c’est un métier à part, qui répond au cas par cas, emmené aujourd’hui par des professionnels spécialisés, à l’instar d’Alkira. Dans le sens de la longueur ou de la largeur, ces innovations peuvent s’adapter à un grand nombre de configurations, pouvant recouvrir de grandes dimensions, avec des ouvertures automatisées.

Côté fond mobile, hier encore Aqualift, précurseur et toujours à la pointe dans ce domaine, ne souffrait pas d’une grande concurrence. À l’heure actuelle, des nouveaux systèmes voient le jour à l’instar de l’innovation Techno Pool, qui a élaboré une piscine modulaire à fond mobile et à débordement, grâce à des bassins à double paroi.

Le revêtement change le ton

Collection de mosaïques phosphorescentes Fosfo, modèle Delphinus, en pâte de verre, aspect uni brillant. Effet obtenu via un colorant conçu pour capter la lumière la journée et la restituer la nuit. ©ezarri
Collection de mosaïques phosphorescentes Fosfo, modèle Delphinus, en pâte de verre, aspect uni brillant. Effet obtenu via un colorant conçu pour capter la lumière la journée et la restituer la nuit. ©ezarri

Liners, membranes armées PVC, grès cérame, mosaïques… Autant de choix pour changer le regard de l’eau. Les liners et les membranes jouent avec de nouveaux décors, glossy, nacrés, imitant même ses concurrents comme la mosaïque ou encore la pierre, le marbre, les galets ! Ils animent l’eau avec des effets bluffants, des reflets scintillants, dynamisant l’élément aquatique.

La lumière fait toute la différence

Nouvelle génération d'éclairages LED subaquatiques Lumiplus développée par AstralPool, avec une efficacité énergétique améliorée et une diffusion de la lumière optimale. ©Fluidra
Nouvelle génération d’éclairages LED subaquatiques Lumiplus développée par AstralPool, avec une efficacité énergétique améliorée et une diffusion de la lumière optimale. ©Fluidra

L’univers de la piscine s’inscrit sur la vague du Living Pool. Il fait la part belle au confort et au bien-être. La lumière n’est pas étrangère à cette nouvelle ligne de conduite. La LED devient alors un élément clef diminuant le nombre de sources lumineuses et donc la consommation électrique. Aujourd’hui, une LED de 30 watts est largement suffisante pour éclairer un bassin. À savoir, avec un revêtement plus sombre, une deuxième s’avérera nécessaire. Elle permet de changer d’ambiance au gré du spectre chromatique.

Intégrés dans la direction opposée à la maison, les spots subaquatiques ne viendront pas gêner vos soirées estivales. L’éclairage dans les couloirs de nage peut être travaillé différemment, tous les deux mètres, avec des sources plus petites mais des faisceaux plus généreux, pour un relief particulièrement élégant. Aujourd’hui, la mosaïque se prend au jeu et devient phosphorescente. Un effet visuel bluffant élaboré par ezarri qui permet également de baliser les marches. La surface du carreau est traitée par un colorant qui emmagasine les rayons du soleil la journée, pour les restituer la nuit venue.

Le spa plus beau que jamais

Spa cinq places Just Silence qui rend hommage à l’architecture contemporaine avec son design discret et élégant. Récompensé par le Reddot Design Award en 2016. Doté de technologie de pointe, commandes écran tactile, systèmes d’éclairage intégrés LED et concept inédit de siège banquette. ©Villeroy & Boch
Spa cinq places Just Silence qui rend hommage à l’architecture contemporaine avec son design discret et élégant. Récompensé par le Reddot Design Award en 2016. Doté de technologie de pointe, commandes écran tactile, systèmes d’éclairage intégrés LED et concept inédit de siège banquette. ©Villeroy & Boch

Le spa se sophistique dans son aspect esthétique. Cet élément souvent encastré ou semi-encastré peut désormais trôner fièrement sur la terrasse avec ses lignes contemporaines. Côté fonctions, il multiplie les options pour rivaliser avec ces mini-piscines qui s’accessoirisent fortement : des massages toujours plus performants, des équipements high-tech, une ergonomie démultipliée, des écrans de contrôle tactiles… Mais il prône également les économies d’énergie, avec un renforcement de l’isolation de la structure et de la couverture. On notera un nouvel engouement pour la chaleur du bois versions bains nordiques ou hot tub.

Galerie d’images

*Source de l’article Fédération des Professionnels de la Piscine et du spa

Votez pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

  • Populaires

  • Articles récents

  • Newsletter DOMODECO

    Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

    Merci et à très bientôt !

    DOMODECO | le magazine décoration, architecture et designDOMODECO | le magazine décoration, architecture et design