DOMODECO - Juin 2017

DOMODECO - magazine n° 73 - Décoration, architecture et design de la région lyonnaise

Abonnement magazine

Abonnement magazine DOMODECO

Articles récents

Articles populaires du mois

Cheminée bioéthanol, une nouvelle vision

Longtemps décriées, les cheminées au bioéthanol ont connu bien des revers de fortune. Comme tout produit novateur, les systèmes non maîtrisés se sont multipliés au détriment des fabricants exemplaires, laissant place à une multiplication de cheminées exemptes de sécurité. Cependant, ce jeune concept, né en 2006 en France, revient sur le devant de la scène avec des nouveautés et des futures réglementations à même de changer la donne.

Spécialisé dans le domaine depuis les prémices, Christophe Clément, dirigeant de la société lyonnaise Flam Concept – distributeur et installateur des systèmes à la pointe des innovations GlammFire – n’hésite pas à faire taire les on dit, casser les a priori et professionnaliser ce produit d’exception, ainsi que le savoir-faire qui en découle.  

Les évolutions

Le bioéthanol a connu ses heures de gloire dès son apparition en 2006. De pair, un réel engouement et une effervescence ont porté le produit jusqu’à être pratiquement désavoué, en 2008. Pour Christophe cette polémique s’explique par la prolifération de systèmes bas de gamme, qui s’est multipliée, due à la précipitation de la grande distribution sur ce créneau : « Nous entendions tout et n’importe quoi sur le sujet, les gens faisant l’amalgame entre les cheminées bioéthanol peu fiables et les produits haut de gamme développés par de vrais professionnels. Au final et avec le recul, nous constatons que cela a été un mal pour un bien, écrémant le marché des aberrations ! » à l’heure où les réglementations vont faire leur entrée à l’échelle européenne, il est important de revenir sur les bases mêmes et les fondements d’un système, qui manié, travaillé avec l’expertise qui lui est propre, s’exprime comme un élément de décoration à part, sécurisé et fonctionnel. Christophe ne peut s’empêcher de le dire haut et fort : « sa manipulation doit faire l’objet d’un réel savoir-faire, dispensé par des professionnels avertis, au travers de conseils, d’accompagnement et de préconisations. Je n’ai jamais eu un seul problème en 8 ans de métier !

Il ne faut jamais perdre de vue que l’éthanol, alcool issu de l’agriculture française de betteraves, est un produit de classe 3 au niveau des assurances. Il demeure un combustible inflammable, au même titre qu’une cheminée classique. » Depuis leurs débuts, les appareils bioéthanol ont réellement évolué, avec deux avancées notables : la sécurité et l’absence aujourd’hui de dégagement d’odeurs. GlammFire a développé un système intelligent, désolidarisant le réservoir éthanol, des brûleurs, l’ensemble piloté par une télécommande. Résultat, vous n’intervenez plus directement et à proximité des flammes. Vous éteignez et vous allumez à distance, sans même vous approcher ! « Nous avions également constaté un frein majeur, l’odeur. Une fois la flamme étouffée, l’alcool chaud s’évaporait en dégageant une émanation peu agréable. Aujourd’hui, nous avons pallié ce désagrément, via ce nouveau système. Contrairement aux appareils par injection, encore frileux, cette cheminée à gravité, dépourvue d’électronique ou de raccord électrique, est particulièrement fiable dans le temps.  Cette autonomie lui confère une grande marge de manœuvre en termes de design et d’installation. »

Intégration décorative

La cheminée bioéthanol ne rentre pas en concurrence directe avec les sources bois, gaz… classiques. Même si le terme « cheminée » est employé, elle n’a pas pour vocation de générer un rendement, ni un dégagement de chaleur. Christophe revient sur ce point important : « le bioéthanol vient compléter le marché, s‘inscrivant comme une réponse adaptée, lorsque par exemple, un appartement est dans l’incapacité technique d’accueillir un appareil de chauffe. Ou tout simplement si vous souhaitez avant tout bénéficier du spectacle du feu. » En effet, la flamme générée, d’environ 80 cm, est vivante, avec de belles couleurs jaunes orangées, réglables en hauteur. Que ce soit en termes de matériaux ou de formes, venant habiller les brûleurs, aujourd’hui les réalisations peuvent être spectaculaires. Même si là encore les professionnels ne peuvent pas faire tout et n’importe quoi !

Christophe rebondit : « Il est important de vérifier la faisabilité de chaque projet. Nous évoluons dans un univers de sur-mesure. Il est donc primordial de se déplacer au sein des lieux qui accueilleront le produit, afin de concevoir des plans précis et déterminer ce qui est nécessaire, via des calculs.. Le volume global de la pièce est décisif. J’ai déjà intégré des brûleurs continus de 2, 40 mètres de longueur ! Si les dimensions de la pièce sont inférieures au dégagement calorifique, le monoxyde, ces insertions plus rares nécessitent tout de même une extraction. L’évacuation sera certes plus sommaire qu’une sortie propre à une cheminée classique, mais reste néanmoins essentielle, dans des cas précis. Le plus souvent, l’insertion d’un système bioéthanol donne lieu à des compositions originales, au service de la décoration. Sur une étagère, encastré, en intérieur, extérieur… les champs d’action sont vastes, mais toujours dans la mesure de ce qui est possible et soucieux d’une notion de sécurité. »

A savoir, à partir du 1er janvier 2015, en Ile de France et région parisienne, il ne sera plus possible d’utiliser une cheminée à foyer ouvert. Cette interdiction s’étendra dans un deuxième temps aux grandes métropoles. Les systèmes bioéthanol prennent alors le pas, pouvant redonner une seconde vie à vos cheminées. Christophe déploie la solution depuis de nombreuses années : « au cœur de Lyon, les appartements comptent un grand nombre de magnifiques cheminées datant de la fin du XIXème siècle, bien souvent inutilisables. Avec la complicité d’un métallier, nous leur redonnons leurs lettres de noblesse. Nous intervenons en deux étapes. Dans un premier temps, nous ne conservons que la penture pierre, cassant l’intégralité du foyer, refait à l’identique et au millimètre près, avec de véritables gabarits. La cheminée est sécurisée et fermée, ce qui lui redonne un brin de modernité, tout en conservant l’esthétisme d’origine. Nous venons ensuite placer le brûleur, devenant un agrément complémentaire de chaleur et insufflant une réelle convivialité à la pièce. »

Plus que jamais, la cheminée bioéthanol s’épanouit comme une solution alternative, simple d’utilisation, sécurisée et fonctionnelle, avec aujourd’hui des arguments adaptés à tous les intérieurs.

 

Galerie d’images

Grâce au brûleur XL 900, vous pouvez utiliser la cheminée bioéthanol dans toutes les conditions. Résultat les intégrations peuvent être spectaculaires. ©Ecosmart Fire

1 réponse

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Magazine décoration, architecture et design

Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

You have Successfully Subscribed!

1 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez1
+1
Email
DOMODECO - Le magazine décoration, architecture et design de la région lyonnaise