L’effervescence milanaise était à la hauteur des scénographies ! En off, sur le Salone, les allées ne désemplissaient pas, les showrooms étaient le centre de toutes les attentions.

 

Milan à la belle époque, le design dans son plus bel apparat. On en reprendrait bien volontiers. Des compositions comme autant de muses, qui s’agitent dans les lobes créatifs. Véritable aimant, on rentre dans la danse. Pris dans cette spirale italienne, on a déniché quelques pépites, qui augurent de futurs décors au niveau des imaginaires. On se laisse emporter par le flot. Et là, au détour d’une via, on découvre cet artisan, ce créateur, celui qui est là depuis des décennies ou qui vient juste de naître et qui l’air de rien nous rappelle que Milan est le terreau du design. Et cette année, particulièrement, nous avons eu le tournis ! Les éditeurs se sont remplumés et affichent des courbes bien généreuses !

Des plateaux tournants omniprésents, aux circonvolutions des luminaires, des objets, des lignes courbes. On voit la vie en mode XXL, avec des tables qui n’en finissent plus, pour mieux dialoguer dans les espaces de conférence ou pour les dîners à rallonge… La convivialité est de mise. Les tapis prennent le pli et s’étirent de manière informelle. Un design complètement stone avec des créations expérimentales, des marbres, des pierres, des marbres, des pierres et tous leurs avatars. Des chromatiques vitaminées, des panoramiques illusionnistes et des lignes simples, mais efficaces qui font la part belle aux matériaux. Cette année, le design voit rond, rouge, vert, jaune, bleu…

Mais que serait l’Italie sans ses palazzi ! Qu’à cela ne tienne, on exporte le faste, mais version contemporaine. Volubiles, les arches prennent d’assaut les bibliothèques, les luminaires, les revêtements muraux et les accessoires. Et avec eux, cette nostalgie dandine, remise au goût du jour. Et là, le savoir-faire artisanal prend son envol, lien entre les époques pour mieux les faire rentrer dans le xxie siècle. On ne cache plus les objets, on les met sous vitrines, fumées de préférence. Et les textures, les finitions, les variations sont là. Elles sont bois, métal, verre, pierre, sans fioritures. Et la nature dans tout ça ? Elle reprend ses droits avec ses couleurs verdoyantes, ses chromatiques florales, ses scénographies sauvages. Aujourd’hui, on clame le living nature, au son de la thématique du Salone del Mobile 2018, qui loin d’être apprivoisé, essaime encore plus loin le champ des possibles.

Inspiration palazzo

Le design a la belle vie. Nous, nous ne vivons pas dans un palais, mais on n’en est pas moins prince ou princesse pour autant ! En tout cas le design nous donne ce sentiment d’un univers taillé pour notre chez nous !

Neo-palazzo

On apprivoise les volumes. Un luminaire, une table, juste un revêtement font toute la différence. Associés à des chromatiques bonne-humeur.

L’authentique italia

 

Design d’orfèvres

Aucune matière n’est vraiment noble sans la main de son créateur. Les pierres, le bois, le métal ont trouvé leurs maîtres.

Noir emozione

Ce n’est pas une couleur ! C’est une matière à part entière qui sait dompter les lignes et la fonction.

Noir luminoso

Lignes et matériaux naturali

Le matériau met en relief la force d’un trait. Le dessin de ces designers, associés aux éléments naturels et aux savoir-faire, crée la fonction, sous couvert de lignes éloquentes, qui parlent d’elles-mêmes.

Complètement stone

La pierre est au cœur du propos créatif et notamment le marbre. Il participe à l’éloquence du meuble avec cette élégance qui lui est propre.

Sanguin

Dans les veines du design coule les valeurs artisanales. Le génome de la création et de la fonction.

Living nature

Thématique du Salone del Mobile, elle met sous les projecteurs la créativité et l’innovation au service du respect de la nature, tout en l’intégrant, au fil des saisons.

Nature constellée

La scénographie de la Six Gallery n’est pas passée inaperçue avec son parterre, en l’air, de 33 000 épis de blé. L’occasion de présenter une nouvelle collection inspirée du désert américain.

Piero Lissoni, omniscient

C’est à se demander si le designer a dormi cette année ! Mais quand on voit l’effervescence de son studio, via Goito, à Milan, on comprend mieux cette frénésie créative. Sa signature était sur tous les meubles, chez tous les éditeurs, de la porte à la robinetterie, du revêtement à la cuisine !

Scène expressive

Dans les allées, les stands déroulent le tapis rouge. Chaque année, les scénographies étonnent, subjuguent, visent l’incroyable, pour mieux nous emmener dans des univers décoratifs et créatifs renversants. Moooi monte d’un cran chaque année, emmené par l’imaginaire de Marcel Wanders. Le stand aimante les regards et suscite la curiosité. Entrez !

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Articles récents

  • Populaires

  • Newsletter DOMODECO

    Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

    RGPD national

    Merci et à très bientôt !